Accueil > Compte-rendus d’actions > CR Manifestation Citoyenne Anti Corrida à Beaucaire, 27/7/14

CR Manifestation Citoyenne Anti Corrida à Beaucaire, 27/7/14

mercredi 30 juillet 2014

Environ 80 militant/es à la manifestation citoyenne anti corrida à Beaucaire. Malgré l’arrêté municipal interdisant toute manifestation dans un périmètre de 150 m autour des arènes, suite à notre refus de nous éloigner, la police nous a autorisés à rester à 30m des arènes de notre arrivée à 15h jusqu’à 17h. Un petit groupe d’afiocs est venu nous agresser. Ils ont brutalement frappé l’un des nôtres. Suite à son dépôt de plainte, ils ont été embarqués au poste.

Chaque fois que la tortionnaire Léa Vicens se montrait derrière les barrières sur son cheval, elle était copieusement apostrophée avec les qualificatifs qu’elle mérite, des cris et des sifflets.

Lorsqu’à 17h, la police nous a demandé de nous éloigner, nous sommes restés assis accrochés les uns aux autres, forçant les forces de l’ordre à nous évacuer en nous traînant 20 m plus loin, mais toujours assez près des arènes pour être bien vus et entendus.

Malgré l’interdiction, nous avons bien perturbé la corrida durant toute sa durée jusqu’à 20h, à force de cris, de slogans aidés d’un mégaphone, de coups de sifflets et de mugissements de cornes de brumes. Ce n’est que vers la fin que mégaphone et cornes de brumes ont été confisqués. Si proches des arènes, nous étions parfaitement entendus. Nous regrettons seulement de n’avoir pas amené plus de banderoles.

Preuve encore que désobéissance civile et résistance passive sont le meilleur mot d’ordre. Les policiers, au nombre d’une vingtaine seulement, même s’ils nous ont éloignés en nous trainant au sol sur quelques mètres, ont été corrects. Ils ne nous ont pas évacués jusqu’aux 150 m de l’arrêté. En outre, bien qu’ils nous aient dit à plusieurs reprises que nous n’en avions pas le droit de par l’interdiction municipale, ils nous ont laissé crier nos slogans pendant 5h.

Une dizaine de minutes avant la corrida, deux banderoles ont été déployées à quelques mètres de l’entrée des arènes malgré les moqueries, des jets de pierres et des tentatives pour nous arracher les banderoles. Plus tard 5 militant/es sont entrés dans l’arène et y sont demeurés un moment à crier avant d’être évacués. Le camion de boucherie transportant les cadavres a dû faire un détour du fait de notre présence.

Une fois de plus, l’arène n’était qu’à moitié remplie.

Articles de journaux :
http://www.midilibre.fr/2014/07/29/...
http://www.midilibre.fr/2014/07/28/...

Vidéo :
http://youtu.be/Mo4NFScS81c

Portfolio