Accueil > Livres / Films / CD > La peau de l’ours : un livre noir sur le trafic lucratif des (...)

La peau de l’ours : un livre noir sur le trafic lucratif des animaux

dimanche 20 mai 2012

Importations illégales de mygales, singes, éleveurs clandestins de tortues, chiens ou collectionneurs de serpents : dans "La peau de l’ours", Stéphane Quéré et Sylvain Auffret dressent un bilan alarmant sur le trafic des animaux, un commerce "lucratif" qui met en danger de nombreuses espèces.

Du particulier allant se fournir dans un pays exotique pour son usage personnel au grossiste utilisant de faux papiers, corrompant des agents publics, des éleveurs : ce livre, présenté sous forme d’enquête, raconte un véritable business dont l’organisation "n’est pas sans rappeler celle du trafic de drogue".

Donnant la parole aux douaniers, policiers, éleveurs, les auteurs soulignent les risques de disparition de certaines espèces, traquées "pour d’illusoires bienfaits médicaux" (poudre de corne de rhinocéros, bile d’ours...) ou pour assouvir la passion des collectionneurs.

Stéphane Quéré, diplômé de l’Institut de criminologie et chercheur à l’Université Paris II, confie que parmi toutes les affaires évoquées, "ce qui touche certainement le plus c’est le trafic de chiots en provenance des pays de l’Est".

"Leurs conditions de transport sont effrayantes : il y a environ 20% de pertes de bêtes car pour les trafiquants, ce n’est que du transport de marchandises", s’indigne-t-il auprès de l’AFP.

Les auteurs évoquent peu la maltraitance mais selon Stéphane Quéré, qui travaille particulièrement sur le crime organisé, "des études montrent que souvent les tueurs en série commencent à torturer les animaux avant les hommes".

Ils soulignent aussi le rôle des mafias, notamment chinoise et japonaise, dans ce commerce illicite, ainsi que l’implication de filières parfois communes aux trafics d’humains et de stupéfiants.

"Quand nous avons commencé à travailler sur le trafic d’animaux, nos premières recherches nous ont toujours conduits à la même constatation : le trafic d’animaux est le troisième trafic mondial après celui de la drogue et des armes", écrivent les auteurs.

("La peau de l’ours" - Sylvain Auffret et Stéphane Quéré - Editions Nouveau Monde - 245 p - 18,90 euros, en librairie le 25 mai)