Accueil > Actualités Monde > Fermes à Ours en Malaisie (Laos)… L’horreur et la détresse…

Fermes à Ours en Malaisie (Laos)… L’horreur et la détresse…

mardi 17 janvier 2012

Fermes à Ours en Malaisie (Laos)… L’horreur et la détresse…

(Je vous ai traduis les paragraphes expliquant la chose...)
Contacté par un cinéaste tombé par hasard sur cette ferme, Ng, le co-fondateur et directeur exécutif de l’ACRES, à Singapour, s’est rendu sur les lieux…
Quand il a visité la ferme en Novembre 2009, le spectacle qui l’accueillit était celui d’un ours femelle, immobile dans une cage.
Le propriétaire a expliqué qu’elle refusait la nourriture depuis sa mise en cage…

Ng accroupi à côté de la cage, mais néanmoins à distance respectable, la regardait.
Après quelques minutes, l’ours, qui était à son 10eme jour de grève de la faim, a poussé une patte molle à travers les barreaux de la cage et faiblement fléchi ses griffes. Ng a réalisé tt à coup qu’elle cherchait à atteindre sa main. Et il lui donna.
Les deux êtres "se sont tenus la main" dans le silence pendant quelques minutes. Ng se souvient que les yeux de l’ours étaient pleins, à la fois, d’angoisse et de douceur. Elle est morte le lendemain.
Dans un monde où la dignité est parfois seulement donnée par la mort, cette ours a été chanceuse… Elle est morte après trois années de vie dans cette ferme.

Plus de 12.000 autres ours vont servir jusqu’à 10 ans de leur vie dans les fermes similaires à travers l’Asie, où ils seront martyrisés afin que soit récupérée leur bile pour satisfaire la demande insatiable de la région, au regard des propriétés curatives de cette bile.
Procédure d’horribles
« Cette ferme avait 29 ours en cage juste assez grande pour eux, ils pouvaient juste se tenir debout », a déclaré Ng."Tout ce que vous entendez lorsque vous marchez à l’intérieur de l’élevage, c’est le bruit de têtes cognant constamment sur les barreaux… »
La solitude, la douleur et la peur ont littéralement rendu les ours fous.
La plupart meurent de faim…
La mort est de toutes façons préférable à la procédure horrible mise en place pour que leur vésicule biliaire soit drainée deux fois par jour, pour alimenter un commerce en pleine croissance.
L’utilisation médicale de la bile d’ours remonte à la dynastie des Tang en 659 après JC. Sa seule composante thérapeutique est l’acide ursodésoxycholique (UDCA) qui représente 15% à 39% de la bile de l’ours par rapport à ses 5% chez l’homme.

La bile d’ours était traditionnellement utilisée pour la chirurgie de pontage gastrique et pour traiter des affections mineures, comme les maux de gorge, les entorses et l’épilepsie. Comme la bile était auparavant prise dans la vésicule biliaire d’ours tués à l’état sauvage, l’absence de torture allégéait l’esprit des consommateurs.
Mais l’offre était maigre et a conduit à des prix élevés sur les médicaments à base de bile d’ours. Les consommateurs ont également commencé à rejeter la bile synthétique, ce qui a donné lieu à la demande pour la bile d’origine sauvage.
Dans les années 1970, la Corée du Sud a inventé une méthode d’extraction de la bile d’ours vivant, méthode cruelle, mais oh combien enrichissante.
"La bile est retirée de l’ours en insérant un cathéter à travers une incision permanente dans la vessie abdomen et biliaire," a déclaré Ng. « Parfois, un tube métallique implanté en permanence est utilisé."
Double rôle
Nul besoin de vous décrire la douleur qu’engendre cette pratique. La plupart des ours sont trop faibles ou fous pour protester, mais ceux qui le font, doivent faire face à un pire châtiment.
« Un ourson a pris un coup de l’agriculteur », a déclaré Ng. "La hauteur de sa cage a diminué de moitié de sorte qu’il ne pouvait que se coucher sur son dos."

"Il a vite commencé à se ronger la patte, ce qui arrive quand l’ours perd l’esprit. Souvent, ils finissent mâcher leurs propres membres…"
Mais aucun de ces détails ne semble atteindre les oreilles des coréens, taïwanais, les consommateurs chinois et malaisiens qui fréquentent les 124 Magasins de Médecine traditionnelle chinoise (MTC) en Malaisie.
Les ours sauvages de Malaisie sont même chassés pour leur vésicule biliaire, détruisant l’éco-système…"Les pilules à base de bile d’ours, des flocons et des onguents ont été trouvés dans les magasins MTC pour avoir provenu de la Malaisie elle-même, ce est une violation des accords internationaux sur le commerce portent."

Statut illégal.
Selon Ng, le prix d’une vésicule biliaire coûte autant qu’un paquet d’héroïne sur le marché noir. Les consommateurs débourser environ RM730 pour 127g alors qu’un milligramme de la bile est au prix de RM60. Chaque extraction à partir d’un ours vivant fournit 10 milligrammes de bile.
Les boutiquiers TCM et les employés interrogés par en Malaisie ont révélé que la majorité de la vésicule biliaire vendue est d’origine sauvage et qu’ils étaient conscients de son statut illégal.
Cette ambivalence est de mauvaises nouvelles pour les ours noir d’Asie, les ours du soleil et les ours bruns, les trois espèces qui sont chassés pour leurs viandes...

ARTICLE + VIDEOS CLIQUEZ ICI

http://www.freemalaysiatoday.com/2012/01/17/an-un-bear-able-trade/


Voir en ligne : http://www.freemalaysiatoday.com/20...