Accueil > Actualités Monde > "Fête du boeuf" barbare en Nouvelle Calédonie : écrivez !

"Fête du boeuf" barbare en Nouvelle Calédonie : écrivez !

dimanche 9 janvier 2011

Chaque année, la ville de Païta (Nouméa, Nouvelle Calédonie) organise la "fête du bœuf" : ambiance broussarde et country avec au programme rodéo, jeux équestres, dégustation de viandes… sans oublier son ignoble mais populaire concours du plus gros mangeur de testicules de veaux… Bref, drôle de "fête" pour le principal intéressé, le boeuf !
Autres « réjouissances » qui s’ajoutent aux blessures, tortures et souffrances infligées, prévues au programme : abattage, dépeçage et mutilations dites « à l’ancienne » de dizaines (centaines ?) d’animaux pour le plaisir dément de charognards hystériques
Fête nullement originaire de la population locale, mais tout cela afin de satisfaire uniquement un public de touristes (ou de personnes/familles « implantées » qui se vantent très souvent sur Internet ou dans la vie réelle, d’appartenir encore à une « race » de seigneurs colonialistes) en mal de sensations fortes et violentes.
Les enfants sont joyeux, les parents s’amusent et torturent, massacre et barbarie se déroulent dans une liesse générale, dansante et musicale…

Contactez le bureau du maire de Païta :

par courrier :

Mairie de Païta
Monsieur le Maire
B.P. 7
98890 PAITA

par mail

Destinataires

  • secretariat.general@ville-paita.nc

Texte à copier/coller

Monsieur le Maire,

c’est avec effroi, consternation et immense tristesse que j’apprends que chaque année s’organise et se déroule la fête du bœuf dans votre ville, fête qui ne relève pas des cultures de votre contrée, mais qui est créée dans le seul but de satisfaire un public de touristes (ou de personnes/familles " implantées » qui se vantent très souvent sur internet ou dans la vie réelle, d’appartenir encore à une « race » de seigneurs colonialistes) en mal de sensations fortes et violentes.

Rodéo, « jeux » équestres, abattage public des animaux, dépeçage « à l’ancienne », mutilations « à l’ancienne » également (donc sans étourdissement préalable), et suprême horreur, dégustation et concours du plus gros mangeur de testicules de veaux… Et tout cela sous les yeux des nombreux enfants présents et sous le regard " bienveillant » de leurs parents… Tout cela n’est pas vraiment un exemple pour ces générations qui reproduiront plus tard tout ce qu’ils ont vu dans leur jeunesse.

Vous n’êtes pas sans savoir que toutes ces pratiques sus-énoncées sont source de stress, de blessures graves, de grande douleur infligée et synonymes de cruauté et de barbarie envers les êtres sensibles que sont les chevaux et les bovins, et que dans le monde entier des personnes telles que moi se soucient, se mobilisent, s’organisent afin que de tels actes de férocité institutionnalisés disparaissent afin de faire apparaître le Droit de Vivre sans souffrance pour les animaux. Le simple Droit, qui est un devoir pour tout être qui se dit humain.

Monsieur le Maire, je ne doute pas un seul instant de l’humanité qui vous habite et c’est pourquoi je me permets aujourd’hui de vous écrire, afin de solliciter de votre haute bienveillance de faire un choix… Celui de protéger la vie, celui d’honorer la sensibilité des créatures vivantes, celui de montrer, de fêter les beautés, les finesses, les éclats de votre culture plutôt que de glorifier la mort, la torture, les traditions indignes qui persistent dans notre siècle et d’un autre sol que le vôtre.

Je place beaucoup d’espoir en la présente requête, un infini espoir en votre attention.

Et vous prie de croire, Monsieur le Maire, en l’expression de ma haute considération.

Prénom Nom, Ville


Voir en ligne : D’autres photos sur Facebook