Accueil > Actualités France > Dites NON à la double peine pour les animaux errants !

Dites NON à la double peine pour les animaux errants !

samedi 18 décembre 2010

La directive scélérate 2010/63/UE de l’Union Européenne (votée en de septembre dernier) permet aux labos d’expérimenter sur les animaux errants...

Agissez en écrivant aux eurodéputés dont les adresses figurent dans la liste ci-dessous (groupe des Verts + 2 du groupe ALDE : Corinne Lepage et Sylvie Goulard)

Utilisez la lettre ci-dessous en n’oubliant pas de remplacer les champs en rouge par vos coordonnées.

Si vous avez le temps, il est préférable de personnaliser pour plus d’impact !

Vous pouvez trouver d’autres destinataires en cliquant ici

Ecrivez également à votre député, à votre maire, aux ministres, après tout ils sont là pour ça aussi, on ne les a pas élus pour qu’ils cautionnent cette folie contre notre gré !


Destinataires

  • jose.bove(at)europarl.europa.eu
  • sandrine.belier(at)europarl.europa.eu
  • francois.alfonsi(at)europarl.europa.eu
  • malika.benarab-attou(at)europarl.europa.eu
  • pascal.canfin(at)europarl.europa.eu
  • daniel.cohn-bendit(at)europarl.europa.eu
  • karima.delli(at)europarl.europa.eu
  • helene.flautre(at)europarl.europa.eu
  • catherine.greze(at)europarl.europa.eu
  • yannick.jadot(at)europarl.europa.eu
  • eva.joly(at)europarl.europa.eu
  • nicole.kiil-nielsen(at)europarl.europa.eu
  • michele.rivasi(at)europarl.europa.eu
  • corinne.lepage(at)europarl.europa.eu
  • sylvie.goulard(at)europarl.europa.eu

Objet

Directive 2010/63/UE

Contenu du message

Madame, Monsieur,

la révision 86/609/CEE relative à la "protection des animaux utilisés à des fins expérimentales" a été discrètement approuvée par le parlement européen le 8 septembre dernier. Dans la pratique elle autorise les expériences de laboratoire sur les animaux errants (chiens et chats)

Pour faire court, cela signifie la double peine pour ces animaux abandonnés qui vont de plus terminer leur triste vie dans l’effroi et la torture.

Quelle est cette infâmie ?
Des centaines de millions de gens de par le monde, se battent pour que soient enfin instaurées des lois et des actions en faveur des animaux.

Nous sommes en 2010 : une prise de conscience terrestre envers le respect du vivant, est en train de s’opérer de façon de plus en plus significative, et il semble très flagrant à tous que les gouvernants, politiques et autres dirigeants, veulent intentionnellement ou par lâcheté, freiner ce mouvement d’évolution, et prendre les populations pour des gens incapables de penser par eux-mêmes.

Force est de constater que nous sommes encore à l’ère du patriarcat le plus virulent, et que le pouvoir de l’argent l’emporte sur celui de la justice, de la conscience humaine, de la vie elle-même et des devoirs de ceux que les peuples ont élus.

Alors même que la science commence (timidement) à adopter des protocoles de recherches sans animaux, bien plus fiables pour l’humain et surtout beaucoup plus en phase avec ce que l’on attend d’une véritable humanité, où la cruauté sur tout être vivant devrait être sévèrement sanctionnée, alors que des millions de gens, de plus en plus révoltés, exigent l’abolition de ces pratiques d’un autre âge, nous découvrons l’arrivée de cette nouvelle loi scandaleuse, honteuse, servant la barbarie, l’ amoralité, condamnant des êtres déjà lâchement abandonnés comme de vulgaires objets, déjà persécutés, battus, des êtres faits comme nous, de chair et de sentiments, aux maltraitances des bistouris, aux essais chimiques, nucléaires, "biotechnologiques"...

Face à l’ immense détresse des animaux, les citoyens attendent des services ministériels, que des messages encourageant la stérilisation, le tatouage ou le puçage, et l’adoption en refuges des animaux dits de compagnie, soient diffusés dans les médias, que les tortionnaires d’animaux soient punis...

Avec tout le respect qui vous est dû, permettez que, comme plusieurs millions d’autres personnes, je pose les questions :

Jusqu’où nos gouvernants veulent-ils encourager, « démocratiser » la cruauté et l’asservissement des plus faibles sur notre planète, au profit … du profit ! de l’inconscience !

N’y a-t-il pas, parmi les élus du peuple, de gens capables de discernement, d’actions de courage en faveur du respect du vivant, d’ intelligence au service de la compassion et de l’évolution des consciences ?

Je vous prie de prendre ma lettre sérieusement en considération au plus vite, d’entreprendre toute action nécessaire pour faire radier définitivement cette "loi" macabre, et d’ intervenir auprès des plus hautes instances européennes en faveur du respect et de la protection de la vie.
Je compte infiniment sur vous.

Veuillez recevoir, Madame, Monsieur, l’expression de ma considération.

[Nom Prénom (Ville)]