Accueil > Compte-rendus d’actions > Le cirque Medrano se souviendra de son passage à Montpellier

Le cirque Medrano se souviendra de son passage à Montpellier

lundi 22 novembre 2010

Mercredi

Après une première manifestation avortée mardi (représentation annulée pour cause de cirque pas prêt) , nous sommes revenus mercredi. Toujours pas de représentation ce soir là, mais la ménagerie était ouverte.
Dans un bon esprit d’ouverture et après une discussion très intéressante, le sous directeur du cirque nous a aimablement invités à venir voir quand nous voulions les animaux, à poursuivre la discussion et même à rencontrer les dresseurs. De son côté le directeur du cirque tenait un discours plutôt fermé au débat avec un autre groupe de militants.
Les journalistes du Midi Libre sont venus et ont publié un article plutôt positif (cf ci-joint)

Vendredi

Le directeur du cirque s’est longuement et frénétiquement opposé à toute visite et à toute discussion. Ce même jour, des journalistes en formation à Montpellier étaient venus filmer ce qui devait être un échange de vues constructif entre les dirigeants du cirque et nous-mêmes et n’a été que vaines accusations. Ils ont donc finalement interviewé les deux parties séparément.

Dimanche

25 personnes sont venues pour protester contre le passage de Medrano à Montpellier, malgré un froid piquant et une humidité tenace.

Malgré une autorisation de manifestation en bonne et due forme et bien qu’il en ait été personnellement informé par le représentant des RG responsable des manifestations, le directeur du cirque s’est violemment opposé à notre venue (force bousculades et insultes) et à notre distribution de tracts. Il a donc appelé la police pour nous faire partir, à notre grande satisfaction d’ailleurs puisque le chef de police lui a confirmé que nous avions entièrement le droit de manifester et s’est assuré avec de nombreux policiers que nous puissions poursuivre tranquillement notre manifestation.
Les forces de l’ordre étaient présentes en nombre, mais se sont principalement emplyées à assurer la circulation qui était assez confuse, ce qui a sensiblement compliqué notre tâche dans la mesure où ils n’arrêtaient pas d’ouvrir et de fermer successivement les trois accès au Parc Expo, nous nous sommes donc divisés en plusieurs groupes, et avons du nous déplacer à plusieurs reprises d’une entrée à l’autre.

Lorsque nous avons fini d’accueillir les voitures qui venaient pour la deuxième séance, nous nous sommes empressés de saluer celles qui partaient après la première.
Avec nos banderoles, panneaux, photos, nous avons eu incontestablement un fort impact et avons ainsi sensiblement corrigé l’image de bonheur familial associée au cirque animalier que les circassiens cherchent bien entendu à entretenir, au mépris de la souffrance et de la sensibilité des animaux qu’ils détiennent et qu’ils font parader de façon stupide et anthropomorphique.

L’un de nous portait un masque de singe et des chaines, ce qui suscitait souvent la perplexité du public dans les véhicules.
Des réactions de mépris, parfois des gestes obscènes... Que peuvent bien expliquer ces parents à leurs enfants qui leur demandent ce que nous faisons là ?

Les gens vont au cirque pour une heure trente de spectacle, mais toutes ces paillettes ont un prix que les animaux paient très cher.
Il faut informer sans relâche, car c’est comme bien souvent l’ignorance qui est à la racine du mal que nous causons aux animaux.

Il suffit pourtant de voir la taille des cages dans lesquelles sont enfermées les tigres pour comprendre ce que représente l’horreur d’une telle captivité pour un animal sauvage.

Des centaines de tracts ont donc été distribués.

Un grand merci à toutes et à tous, notre détermination est un formidable espoir pour la fin de cet esclavage moderne et pour la libération des animaux des cirques.

Voir dans le portfolio les photos de l’action de dimanche.


Voir en ligne : Lire l’article du Midi Libre (action de mercredi 17 nov)

Portfolio