Accueil > Compte-rendus d’actions > Le CLAM à Nîmes au Cercle de Silence anti-corrida de One Voice et du CRAC le (...)

Le CLAM à Nîmes au Cercle de Silence anti-corrida de One Voice et du CRAC le 17 juillet 2010

lundi 19 juillet 2010

Une dizaine de militants du CLAM se sont joints à One Voice et au CRAC le 17 Juillet 2010 à Nîmes pour le Cercle de Silence anti-corrida, qui marquait le lancement de l’opération Sitting Bull qui a réuni une centaine de personnes autour de la cause des taureaux.
L’opération Sitting Bull, dont l’objectif est de réconcilier Nîmes avec les taureaux, a été officiellement lancée en présence des représentants d’associations anti-corrida de plusieurs pays tenant les drapeaux de la Colombie, l’Equateur, l’Espagne, le Mexique, la Hollande, le Portugal, la Suisse et le Royaume-Uni. Tous se sont engagés à diffuser le manifeste pendant un an, pour que la feria soit enfin synonyme de vie, en devenant la célébration du festival de l’eau. Il propose à la cité nîmoise une alternative à la corrida à travers un festival de l’eau qui pourrait être aussi festif qu’éthique.

Les participants étaient vêtus de bleu, symbole de l’eau et de la vie, mais aussi couleur internationale de la paix. Les passants ont dans leur grande majorité été interpellés par notre manifestation qui, belle et silencieuse, se voulait le pendant du bruit et de l’agitation des arènes. Plutôt que de presser le pas, ils ont donc pu sereinement consulter les panneaux portés par nos militants…

Si les panneaux et les drapeaux étaient portés par les militants, c’est en réaction au refus d’autorisation de manifester émis par la mairie de Nîmes en dépit du droit constitutionnel. Cependant, comme l’a expliqué le président du CRAC EUROPE, Jean-Pierre Garrigues, le pouvoir de la mairie se limite à l’occupation du sol et l’autorisation accordée par la préfecture prévaut. Cela a permis à notre action de se dérouler malgré tout et, le plus important, sans heurts d’aucune sorte… Quant à la justification peu convaincante donnée par la mairie, elle prétexte que Nîmes « est une cité profondément marquée par le fait taurin ».

Le manifeste a rencontré un franc succès pour son lancement : environ 90% des passants l’ont signé ! Des débuts largement prometteurs qui prouvent que la corrida est loin de faire l’unanimité même dans une cité dite « taurine ». La radio France Bleue, qui était présente, s’est elle aussi montrée particulièrement attentive à notre action. Une multitude de bons augures donc pour l’avenir des taureaux !