Accueil > Compte-rendus d’actions > Eté 2008 Bronzez Sans Cruauté

Eté 2008 Bronzez Sans Cruauté

mardi 5 août 2008

En Europe, environ 40 000 animaux sont sacrifiés pour des tests cosmétiques cruels et non fiables. L’industrie cosmétique française se distingue de beaucoup d’autres pays européens en persistant à pratiquer en masse ces tests barbares et en participant au moins pour moitié à ce massacre.
De plus, échéancier 2009 oblige, l’industrie cosmétique met actuellement les bouchées doubles et surteste à l’évidence ses nouveaux ingrédients sur des animaux toujours plus nombreux tant qu’il est légal de le faire et que cette industrie n’est pas obligée de se plier à des tests sans animaux pour tester les ingrédients... Si bien que 40 000 est un nombre probablement très sous-estimé vu qu’il est difficile de connaître, ne serait-ce qu’approximativement, le nombre d’animaux qui sont en ce moment même empoisonnés, brûlés, intoxiqués, etc. pour tester des ingrédients ou des combinaisons d’ingrédients pour des cosmétiques.
Pourtant, il existe des méthodes alternatives qui n’utilisent et ne sacrifient pas d’animaux et qui sont de surcroît bien moins coûteuses : cultures de cellules et de tissus de peau humaine par exemple, complétées si besoin par des tests sur des volontaires humains (patch-test). Certaines marques y ont recours ou utilisent tout simplement des substances qui ont déjà fait la preuve de leur innocuité.
Comme le développement de nouveaux produits élaborés à partir de nouvelles substances continue de passer, en France notamment, et ce malgré la législation européenne qui se profile - avec toutes ses imperfections et lacunes - par une phase de tests cruels sur les animaux, il est vivement conseillé de ne pas acheter les NOUVEAUX produits mis sur le marché.

Le CLAM participe bien évidemment à cette campagne comme il le fait depuis sa création.

Montpellier (Marché des Arceaux)

Samedi 28 juin de 10 à 12 h

Nous sommes allées à deux, (Claudine et moi-même) à partir de 10h au Marché des Arceaux.
Claudine s’est, au début, occupée des différents commerçants pour faire signer une pétition, et j’ai commencé à tracter.
La propriétaire d’un stand de vente de cosmétiques bio, a été très intéressée par nos tracts, car elle ne vend que du non testé, et devait recevoir à compter du samedi suivant des crèmes solaires non testées. Elle nous a pris une pétition, des tracts, et une affiche lui sera remise samedi 12.
Le stand permanent consacré à l’information sur la Décroissance, a également accepté très gentiment de déposer nos tracts sur leur table.
Bien que très étonnées par le nombre de personnes affirmant ne jamais mettre de crème solaire… surtout sous le soleil brûlant de Montpellier, nous avons pu informer sur les souffrances subies par les animaux, pour que nous puissions, nous, pauvres humains sans poils, nous cramer au soleil…beaucoup de gens ne savaient pas et étaient très intéressés par les informations que nous leur donnions, les listes des produits sans cruauté ont eu un certain succès.
Des commerçants nous ont remerciés pour notre action.
Nous avons arrêté vers 13h, et je suis rentrée retrouver mes chats, en me disant que si j’avais pu en informer 15, et en convaincre 5, c’était ma foi une belle journée.
Annie

Palavas

Mardi 15 juillet

C’est donc ce mardi 15 juillet que la première action BSC sur une plage du Languedoc eu lieu. En l’occurrence celle de Palavas les Flots, commune balnéaire aux portes de Montpellier.
Nous n’étions que deux en ce jour de semaine (rappelons que l’action avait été prévue initialement le samedi mais que le temps mauvais en avait décidé autrement.) Ceci dit, nous n’aurions pas été plus ce samedi et force est de constater que ce type d’action n’intéresse plus guère nos militants.
Nous avons donc fait avec les moyens du bord en profitant notamment d’un muret séparant la plage du trottoir pour poser une affiche, pétitions et quelques documents.
Il y avait peu de monde qui se promenait sur ce trottoir en ce début d’après-midi. Nous avions choisi cet horaire puisqu’une rencontre conviviale était programmée le soir à partir de 18 h 30 au Café du Théâtre où hormis Annie, Eric et moi il n’y a eu personne !!
Les passants prenaient de bonne grâce les documents mais sans plus et il était difficile de les retenir pour engager la conversation ou bien même de leur faire signer une pétition. Eric a eu un peu plus de chance que moi à ce niveau.Palavas 2 {JPEG}
Les résultats n’ont donc pas été à la hauteur, les faibles moyens employés n’incitent pas le passant à s’informer. En espérant que les actions prévues sur les plages du Cap d’Agde et de la Grande Motte apporteront plus de satisfaction.
Dom

Lodève

Dimanche 20 juillet

Tous les ingrédients pour une belle journée étaient réunis et ce fut effectivement une journée très agréable.
Jil de l’Aveyron et Eric de Montpellier sont venus me donner la main, qu’ils en soient ici chaleureusement remerciés et cela d’autant plus pour Jil qui a apporté du matériel (tables, grillage pour les photos)
A remercier également le magasin "Distribio" de Lodève qui de bonne grâce a accepté un partenariat. Une affiche à la devanture de leur boutique et "en échange", nous dirigions vers eux les personnes nous demandant où trouver des produits non testés à Lodève. A noter que ce magasin, bien fourni en produit végétarien/lien n’a jamais fait de difficulté pour apposer nos affiches (JSV, SMAL etc)
Lodève est d’habitude une bourgade tranquille, endormie même mais en cette période de l’année c’est l’effervescence puisque c’est le Festival de la Méditerranée, la rencontre de poètes et d’un public indigène mais aussi étranger.
Pendant cette période, il règne une atmosphère particulière de sérénité qui n’a strictement rien à voir avec l’ambiance beuverie des ferias !!
Le public fut ouvert à nos revendications, nous écoutant de bonne grâce, signant sans sourciller nos pétitions (le fichier "Edvige" en a fait hésiter quelques-uns malgré tout. Ce qui sous-entend que si les gens n’osent plus signer de peur d’être fichés, donc de ne plus s’exprimer, le gouvernement sarkozyste a gagné, nous menant tout droit d’une démocratie aux prémices d’une dictature.)
On peut noter quelques fois une parfaite ignorance sur le sujet. Un adolescent découvrant cela n’arrêtait pas de dire que " c’était dégueulasse " mais bien souvent ce public était bien au courant du sort peu enviable de ses millions d’animaux souffrant atrocement pour notre peau !! Nous avons d’ailleurs pu parler avec quelques végétariens et une artiste pratiquant la danse en voltige a promis de nous rejoindre. Elle nous a expliqué qu’enfant, quand elle a découvert ce que nous faisions aux animaux, elle a refusé de sortir de sa chambre.
D’autres actions sont prévues à Lodève, nous allons voir si nous pouvons être une fois par mois sur le marché. J’ai l’assurance d’être aidé par quelques amie-s !!
De quoi redonner un peu confiance !!
Dom
Distribio
30 rue Neuve des Marchés
34700 Lodève

La Grande Motte

dimanche 27 juillet

C’est en début de soirée que nous avons finalement tracté le long d’une des plages de la célèbre station balnéaire, la Grande Motte. Le littoral était très animé avec la présence de nombreux cafés et nous étions à deux pas d’un casino.
Nous avons été quatre personnes à participer à cette action dont Céline, une militante de Paris, originaire de Montpellier, est en vacances dans la région. On appréciera sa motivation et sa détermination car nous avons aussi mené avec elle une action pour dénoncer le scandale des singes népalais enlevés pour finir dans des labos avec la complicité du gouvernement de ce pays.

Après avoir installé une petite table d’info, nous avons commencé à distribuer les tracts aux nombreux passants qui se baladaient le long de la plage. D’une façon générale, ce public hétéroclite prenait nos documents de bonne grâce mais rares étaient ceux cherchant à discuter ou à en savoir plus. On retiendra toutefois une totale méconnaissance du sujet. Le dépliant avec la liste des produits non testés sur animaux fut distribué en nombre. Espérons qu’il soit un peu consulté et qu’il ne finisse par directement dans une corbeille !!
Pour l’anecdote enfin, une discussion avec un couple de retraités :
La dame : " oh, vous savez, s’il n’y avait que moi les animaux…. "
Moi : " oui ?... "
La dame : " je les éliminerais tous, y a trop de pigeons, y a trop de cormorans "
Moi : " ben, c’est l’homme qui est trop nombreux sur terre, plutôt "
Le mari : " ben on voit bien que ce n’est pas vous qui nettoyez le balcon "
De braves retraités en somme !

Le Cap d’Agde

jeudi 31 juillet
Enfin, nous avons pu mener l’action au Cap, après bien des désistements.
Nous étions trois, Eric (que je remercie d’avoir participé à plusieurs actions BSC) et Alicia, habitante d’Agde.
Nous avions une petite table là aussi où nous avons pu entreposer de la documentation. On s’est installé le long de la plage peu avant 16 heures, et il faisait très chaud. Pétition sous le bras, Alicia est partie à la rencontre des personnes se faisant bronzer sur la plage. Elle revint avec quelques feuilles de pétitions remplies (celle de Procter et Gamble) Elle nous indiqua que plusieurs personnes lui ont demandé d’avoir la paix. Ce que souhaitent aussi tous ces animaux torturés pour nos besoins corporels !!
Eric et moi, nous avons distribué des tracts. Le public était le même que celui de la Grande Motte. Il prend les documents sans sourciller mais il est difficile de pouvoir engager une conversation et donc de leur faire signer une pétition.


Extrait d’une interview de Alain Grange-Cabane, Président de la Fédération des entreprises de la beauté (anciennement Fédération des Industries de la Parfumerie) répondant à la question de l’expérimentation animale pour les cosmétiques :

Les tests cosmétiques sont-ils toujours effectués sur des animaux ?
Non. La Directive européenne dite Directive "Cosmétiques" interdit les essais des produits cosmétiques sur l’animal depuis septembre 2004. En ce qui concerne les produits finis, la Directive ne fait que confirmer les décisions prises spontanément par la profession : de longue date, plus aucun produit cosmétique fini n’est testé sur l’animal.
En revanche, pour les matières premières (qui sont utilisées aussi bien en cosmétique que dans d’autres industries), on ne dispose pas encore de toutes les méthodes "alternatives" (de remplacement) qui pourraient garantir la sécurité des consommateurs. C’est la raison pour laquelle les interdictions qui figurent dans la Directive "Cosmétiques" sont prévues pour entrer en vigueur au plus tard en 2009 et 2013.
L’interdiction ne deviendra donc effective qu’au fur et à mesure de la validation par l’ECVAM (Centre européen pour la Validation des Méthodes alternatives) des méthodes alternatives aux tests sur l’animal. En attendant, l’industrie de la parfumerie-cosmétique finance de lourds projets de recherche en vue de s’affranchir des tests sur l’animal sans compromettre la sécurité du consommateur.
Source :Environ 2 B


Voir en ligne : Le site de la campagne BSC

Portfolio

  • Lodève 4
  • Lodève 5
  • Palavas 1
  • La Grande Motte 1
  • La Grande Motte 2
  • Lodève 1
  • Lodève 2
  • Lodève 3