Accueil > Compte-rendus d’actions > Compte-rendu de l’action "Stop Gavage" du samedi 22 novembre (...)

Compte-rendu de l’action "Stop Gavage" du samedi 22 novembre 2008

dimanche 23 novembre 2008

Comme prévu, cette action d’information sur les réalités du gavage des palmipèdes s’est déroulé en deux temps et à deux endroits différents :le matin au Marché des Arceaux (où on peut trouver des produits bio) et l’après-midi sur la place de la Comédie (devant Sauramps).

Deux endroits différents, et deux atmosphères totalement différentes.
Le matin, il faisait froid certes mais nous avions du soleil et un public généralement à l’écoute qui signait avec facilité la pétition.
L’après-midi, par contre, le soleil avait été remplacé par un vent violent et glacial et les gens se montraient totalement indifférents, allant pratiquement nous écraser si nous ne nous écartions pas de leur chemin.
Il est vrai que le temps ne disposait pas à la conversation mais nous avons aussi connu ce phénomène de complète indifférence par températures plus clémentes hélas.
Jill, militante de l’Aveyon a proposé que nous tenions des tables d’information dans certains quartiers de Montpellier mais pas forcément au centre-ville où se pose aussi le problème de trouver une place pour la voiture... L’idée, je crois, est à retenir...

Le matin, en quelques trois heures, nous avons donc fait signer quatre pétitions (contre une l’après-midi), et nous avons pu discuter avec quelques personnes plus ou moins sensibilisées aux souffrances liées au gavage des oies et des canards. Notons cependant qie certains se retranchent derrière des arguments tels que "chez les petits producteurs, ce serait "mieux fait" ou encore que "la réversibilité du foie, qui peut retrouver sa taille normale si on arrête de le gaver", ou bien encore que " le gavage serait un phénomène naturel chez les canards pour emmagasiner de l’énergie avant leurs vols migratoires."
A cela, nous répondons que les élevages industriels représentent plus de 90% du marché et que les autres élevages sont aussi et forcément source de souffrances pour les animaux.
La preuve : comme l’a dit Sébastien Arsac sur France Inter lors de l’émission "Service Public" consacrée à ce thème : « si les animaux prenaient du plaisir à être gavés, il ne serait pas utile de les maintenir par les genoux. » Cqfd !
La réversibilité du foie ? Cela justifie-t-il les souffrances dues au gavage forcé ?

Enfin, si ces animaux emmagasinent des réserves avant de voler, l’homme a exagéré le processus, rendant d’ailleurs les volatiles incapables de voler tant le foie devenu malade compresse le cœur et les poumons...
Ils ont déjà énormément de mal à respirer au repos quand ils sont prêts à être tués...
On nous dit aussi que même si c’est vrai que la pratique est atroce, c’est "tellement bon" de manger du foie gras... Là est toute la contradiction entre le consommateur et le citoyen, qui peuvent être la même personne.
Nous avons même eu un vendeur de foie gras qui a signé notre pétition !

Deux moments "chauds" de cette journée. Le matin, un vieux monsieur, a profité de quelques minutes d’inattention pour gribouiller « j’aime le foie gras » sur l’en-tête d’une pétition. Nous avons eu une petite discussion avec lui mais pour lui ce type d’expression lui semble normal.
Et enfin, en fin d’après-midi, Magali s’est fait arraché une poignée de tracts des mains par un énergumène vociférant et sans la moindre explication. Une passante nous a ensuite expliqué qu’il avait déjà agressé une autre fille distribuant des tracts publicitaires quelques minutes plus tôt.
Rendez-vous le 20 décembre pour une nouvelle action "Stop Gavage" mais attention de 9 h à 17 h place paul Becq
Dominique