Accueil > Compte-rendus d’actions > Bilan des actions SMAL 2008

Bilan des actions SMAL 2008

lundi 28 avril 2008

  • La SMAL à Lodève, une première !

J’étais seul pour mener cette petite action d’information sur le marché de Lodève. Il faut dire que je suis le seul du CLAM à habiter cette commune distante de plus de 50 km de Montpellier.
N’ayant pas de véhicule, je ne pouvais m’encombrer d’un matériel lourd (comme une table ou des panneaux) Ceci dit, rien n’empêche pour d’autres actions que je me munisse d’une table pliante ultra-légère !
J’ai donc distribué un peu plus d’une centaine de tracts (celui annonçant la SMAL et celui sur les méthodes de substitution )
J’ai également fait signer la pétition pour demander à certaines enseignes de la grande distribution de proposer à leur clientèle des produits ménagers ou pour le corps non testés sur les animaux. (Nous avons un Intermarché !)
Je n’ai pas rencontré d’hostilité (hormis un " vous feriez mieux de vous occupez des humains " mais comme l’auteur de cette phrase, ô combien pertinente, ne s’est pas arrêté en la prononçant je n’ai pas eu le loisir de lui répondre !)
En règle générale, les personnes prenaient les tracts assez facilement mais très peu se sont arrêtées pour en savoir plus ou pour en discuter plutôt occupées qu’elles étaient à remplir leurs paniers à provision. Il faut dire, par exemple, qu’il s’agit d’un public bien différent de celui fréquentant le marché des Arceaux à Montpellier qui est lui plus branché écolo, altermondialiste etc.
Ceci dit, je suis bien conscient que l’absence d’un stand attirant n’a pas permis d’échanges fructueux ou un plus grand nombre de signatures pour la pétition.
En guise de conclusion, l’opération sera renouvelée l’an prochain (dans de meilleurs conditions j’espère), mon but est de créer une dynamique pour la défense des animaux dans le secteur du Lodèvois et des Hauts-Cantons qui serait une antenne du CLAM de Montpellier.

  • Compte-rendu SMAL à Agde le jeudi 24 avril A deux c’est mieux !!

Oui, il n’y a pas à dire, à deux c’est beaucoup mieux.
Et cela d’autant plus quand la seconde personne est très motivée et fait preuve d’une compétence remarquable alors qu’elle est depuis peu au CLAM.
Nous avons parcouru de long en large le marché de vêtement très fréquenté de la ville d’Agde par un temps magnifique propice à la discussion. Alicia accostait les personnes en leur demandant si elles étaient pour ou contre les animaux en laboratoire. Les réponses étaient soit évasives soit, et le plus souvent, négatives.
Dans ce cas, nous faisions signer la pétition et ce fut quatre feuilles qui furent signé en un rien de temps. Nous leur proposions également des tracts l’un dénonçant l’expérimentation animale et l’autre axé sur les méthodes alternatives. Nous les proposions également aux personnes évasives et n’ayant pas d’avis sur la question, souvent justement par manque de connaissance.
Pendant ces deux heures qu’aura duré cette action, nous avons pu discuter très souvent, pratiquement tout le temps avec des personnes qui savaient être à l’écoute et qui semblait sensibiliser au problème. Nous n’avons d’ailleurs rencontré aucune hostilité. Nous nous sommes quittés peu après-midi. Sans stand, il nous a été un peu difficile de faire la minute de silence, ce qui ne nous a pas empêché d’y penser et de la faire intérieurement.
Grâce à la volonté et à la détermination d’Alicia, une militante d’à peine 20 ans, végétarienne de surcroît, nous mènerons d’autres actions sur la ville d’Agde.
Il ne reste plus que Montpellier samedi. Un gros morceau !!
Dominique Joron

  • La SMAL à Montpellier, ce samedi 26 avril.

TractageAprès la satisfaction d’Agde, Montpellier fut une journée bien mitigée.

Le CLAM compte une trentaine de "membres " mais une petite dizaine d’assidus. Et quand ces piliers ne sont pas ou très peu disponibles pour des raisons diverses et compréhensibles, nous nous retrouvons finalement très peu à pouvoir mener une action.

Nous n’avions qu’une petite table où était entreposés tracts divers d’International Campaigns et d’Antidote, une pétition et quelques échantillons de produits cosmétiques non testés sur animaux.
L’absence de panneaux n’a sans doute pas attiré le passant et celles s’approchant du stand étaient plutôt attirées par les échantillons que sensibilisées à la détresse des animaux dans les labos.
Difficile de capter les gens, ils prenaient les tracts sans s’arrêter et n’écoutant pas un traître mot de ce que nous pouvions tenter de leurs dire. Visiblement le sujet n’intéressait pas aujourd’hui. A leur décharge, la Comédie est toujours envahie de stands divers (ce samedi, c’étaient les antinucléaires, Amnesty International, Journée contre le Paludisme, et contre le cancer de je ne sais plus quoi !) sans compter les entreprises locales qui distribuent aussi leurs tracts, leurs journaux etc..)
Dominique Joron